L’oignon du Burkina

L’oignon du Burkina

Présentation

L’oignon est une plante herbacée bisannuel, produisant un bulbe la 1ère année et des fleurs la 2ème année. Il a 60 à 100 cm maximum de hauteur. Il est cultivé surtout pour son bulbe et ses feuilles qui entrent dans la préparation de différents mets, comme légume et condiment, mais aussi utilisé dans la santé.

Le bulbe de l’oignon se présente sous une forme sphérique, légèrement aplati aux extrémités, de couleur blanche, rouge, jaune, violacée selon les variétés ; ses feuilles sont vertes et cylindriques, dressées vers le haut.

L’oignon contient les vitamines A, B et C et des sels minéraux (soufre, fer, potassium, iode, sodium,…). Sa valeur énergétique est de 34 Kcal. Il est utilisé dans la santé comme diurétique, anti – infectieux et est un bon stimulant.

oignons

Production

Il est cultivé dans toutes les 13 régions du Burkina. Sa production est saisonnière et se situe entre les mois de décembre à mars.

Région Superficie Quantité
ha % T %
Boucle/M 1 039,56 9,0 27 049 11,1
Cascades 85,82 7,4 1 290 5,3
Centre 526,36 4,6 11 159 4,6
Centre – Est 334,34 2,9 10 153 4,1
Centre – Nord 1 165,19 10 ,1 21 696 8,9
Centre – O 1 662,27 14,5 26 727 11,0
Centre – Sud 541,17 4,7 8 717 3,5
Est 165,65 1,4 3 684 1,5
Hauts Bassins 1 423,12 12,4 20 968 8,6
Nord 3 134,26 27,3 65 384 26,9
Plateau Centr 968,87 8,4 22 538 9,3
Sahel 303,66 2,6 11 438 4,7
Sud – Ouest 98,98 8,6 2 017 8,3
TOTAUX 11 449,24 100 242 258 100

Les superficies nationales sont de plus de 11 000 ha pour une production de plus de 240 000 tonnes/an.La région du nordoccupe la 1èreplace.

La principale variété cultivée est la Violet de Galmi (originaire du Niger), la recherche nationale a développé d’autres variétés dont le Blanc de Garango (petit oignon blanc, très piquant) est prisé.

Exportation

La commercialisation de l’oignon commence dès les récoltes (généralement en mars), mais se poursuit tout au long de l’année. A cet effet on doit le conserver dans des unités spéciales bien aérées, fraîches où les bulbes sont répartis sur des grilles permettant une bonne circulation de l’air, ce qui permet de les commercialiser au moment où les prix sont les plus rémunérateurs.

Onion red cross section isolated in white studio

L’oignon du Burkina est commercialisé au plan local et dans la sous-région, surtout dans les pays voisins comme la Côte d’Ivoire, le Togo, le Ghana, le Bénin. Les quantités exportées en 2012 étaient de 2 285 tonnes, dont environ 30% (645 tonnes) ont été exportés en Côte d’Ivoire, plus importateur des oignons du Burkina.

Les acteurs

La filière est composée de nombreux acteurs des maillons production et exportation organisés ou non en groupements, associations et unions au niveau départemental, provincial, régional et national.

Pour l’exportation, les acteurs ont mis en place une faîtière l’AEFOB (Association des Exportateurs de la filière Oignon du Burkina).

Au niveau national, une interprofession regroupant les acteurs des maillons production et commercialisation défend les intérêts de toute la filière. Elle est dénommée « Comité Interprofessionnel de la Filière Oignon du Burkina» (CIFOB).

Liste des principaux exportateurs d’oignon

Nom et prénoms Structure Contact
Damiba Hélène AEFOB Tél : (+226) 70 30 18 21, Email : aefob@yahoo.fr
NassaAdama Association Zemstaaba de Koudougou Tél : (+226) 70 28 08 93
Rouamba Thérèse AEFOB Tél : (+226) 70 23 64 01, Email : aefob@yahoo.fr
Sana Souleymane AEFOB Tél : (+226) 70 25 58 07, Email :aefob@yahoo.fr
YaméogoRasmata Association des exportateurs d’oignon du Boulkiemdé Tél : (+226) 70 23 26 76, Email : orasmata70@yahoo.fr

Mission principale de l’Apex

Promouvoir les exportations du Burkina Faso par :

  • La collecte, l’analyse et le traitement de l’information économique et commerciale sur les filières, les produits et les entreprises d’exportation au profit des exportateurs,
  • La recherche de marchés : études de marchés, prospection commerciale, organisation de manifestations commerciales (foires, salons) au niveau national, régional et international ; faciliter l’accès des exportateurs burkinabè à ces marchés et manifestations commerciales,
  • Le renforcement des capacités des exportateurs dans le domaine des TIC, l’appui à la création de site web, la diffusion de normes, spécifications techniques et codes de bonnes pratiques