Exportez au CANADA

Exportez au CANADA

Des potentialités présentées aux hommes d’affaires

 L’APEX Burkina en collaboration avec le bureau de promotion du commerce du Canada,  a organisé un séminaire d’information sur le marché canadien  le 10 juin 2016. L’objectif recherché est d’emmener les opérateurs économiques Burkinabè  à faire du marché canadien la  destination Privilégiée de leurs produits d’exportation.

Des hommes d’affaire Burkinabè ont été informés sur les potentialités et les procédures d’exportation au Canada. Cela à travers un atelier organisé conjointement par l’APEX Burkina et le Bureau de promotion du commerce du Canada le 10 juin 2016.

A cette occasion les participants ont partagé leurs expériences, et reçu des informations sur les tendances du marché canadien et son cadre règlementaire.  Il est ressorti que le « pays des hommes intègre » possède des potentialités d’exportation en direction du Canada notamment dans les filières de karité, de l’anacarde, le sésame et les produits de l’artisanat.

L’opportunité a été donnée aux exportateurs d’éclaircir les zones d’ombre sur le  TFO Canada qui est un organisme dont l’objectif principal est de faciliter les relations commerciales avec les exportateurs des économies en développement et émergentes qui veulent étendre leurs activités au marché canadien. TFO Canada fournit des renseignements, des conseils et des contacts pouvant aider à exporter des marchandises au Canada. Cet organisme travaille également avec des organismes de soutien au commerce comme les chambres de commerce et d’industrie, des associations commerciales ainsi qu’avec les ministères gouvernementaux.

L’inscription auprès de TFO Canada est gratuite et donne accès à un large éventail de produits et services en ligne, et ce sans frais. Cela inclus entre autres le guide de l’exportation au Canada, des rapports sectoriels variés, des études de marché innovantes ainsi que des bulletins électroniques mensuels. TFO diffuse aussi les offres des exportateurs auprès d’acheteurs canadiens et indiquent les besoins de ces derniers. Cet organisme demeure donc un partenaire privilégié pour les opérateurs économiques burkinabé qui désirent se positionner  sur le marché canadien.

Le Burkina Faso et le Canada entretiennent d’excellentes relations commerciales. Le taux de croissance annuelle en valeur entre 2011-2015 des exportations du Burkina Faso vers le Canada est de 3%. En 2015, le Burkina Faso a exporté vers le Canada, tout produit confondu 12.2 millions de dollar US, ce qui représente 0.6% des exportations du pays. Les principaux produits d’exportation sont l’or non monétaire, la mangue séchée et les produits de l’artisanat. Quant aux importations, elles sont chiffrées à 24.2 millions de dollar US. Cette situation des échanges commerciaux, axée sur quelques produits et caractérisée par sa faiblesse peut nettement s’améliorer si davantage d’efforts d’information, de formation, de missions commerciales et de prospection sont faits sur le marché canadien où d’énormes opportunités d’affaires existent.

 

Encadré

Documents exigés pour l’exportation au Canada

  1. Certificat d’origine : c’est un document juridique obligeant un exportateur à certifier que les renseignements fournis sur ses marchandises sont véridiques et exacts. Ce document tient l’exportateur responsable en cas de fausse déclaration ou de renseignement manquants. Un certificat d’origine permet en particulier de s’assurer que les marchandises peuvent se prévaloir d’un traitement préférentiel. Autrement dit, il prouve que ces marchandises peuvent entrer au canada en franchises de droit et hors quotas.
  2. Facture douanière : c’est un document exigé par l’Agence canadienne des services frontaliers pour toutes les marchandises qui entrent au Canada. Dans le cas des marchandises admissibles à entrer en franchise de droit conditionnelle au Canada, comme celles incluses dans l’initiative d’accès aux marchés, un exportateur peut utiliser une facture commerciale ordinaire (dactylographiée, remplie à la main ou préparée à l’ordinateur) ou tout autre document qui fournit les renseignements demandés sur la facture douanière et justifie la valeur déclarée des marchandises.
  3. Connaissement direct : lorsqu’un exportateur expédie des marchandises, celles­-ci doivent être acheminées directement au moyen d’un connaissement direct à un destinataire (l’acheteur de ces marchandises) au Canada. Un connaissement direct doit être émis avant que les marchandises ne soient expédiées au Canada. L’exportateur doit pouvoir présenter sur demande le connaissement direct à l’Agence canadienne des services frontaliers.

Ces exigences ne peuvent faire l’objet d’aucune exception. Les documents ne sont valables que pour une seule cargaison. Cela signifie que chaque fois que des marchandises sont exportées au Canada, elles doivent être accompagnées de ces documents qui peuvent être en français ou en anglais, les langues officielles du Canada

Outre le Certificat d’origine, la facture et le connaissement direct, l’Agence Canadienne des services frontaliers peut aussi demander à l’exportateur une série de pièces justificatives, qui doivent être fournies sur demande.